Activités

L'atelier *conte* ... un outil thérapeutique

" Un homme,
c'est toujours un conteur d'histoires,
il vit entouré de ses histoires
et des histoires d'autrui
".

Jean-Paul Sartre

Issu de la tradition orale ancestrale, le conte traditionnel populaire traduit une sagesse millénaire. Il traite des moments clés de la vie et il contient tout un imaginaire porteur de sens de même que des symboles universels transmis de génération en génération. A ce titre, il fait travailler l'imagination et il ouvre à  des solutions jusque là  inimaginées pour sortir des impasses. Il rappelle ainsi qu'il existe de multiples possibilités de dénouement, même dans les situations les plus terribles. A vrai dire, il existe une relation profonde entre l'imaginaire infantile et le conte merveilleux. Plus qu'un long discours ce dernier permet de toucher l'enfant dans son vécu.

Les enfants que nous accueillons à  "la Sapinette" sont souvent dysharmoniques. L'idée de nous appuyer sur le conte et sur le merveilleux pour aborder certaines de leurs difficultés et dans l'espoir de pouvoir les aider à  panser (et à  penser) leurs blessures s'est progressivement imposée à  nous. C'est en ce sens que nous avons choisi de faire confiance au conte traditionnel, surtout dans sa version originale. Un conte de base, deux, voire trois, éventuellement accompagnés de quelques ajouts ou de certaines variations sont répétés tout au long de l'année. Le contage en tant que tel est suivi d'une activité orientée sur l'expression ou l'intégration comme le dessin. Une telle invitation au dessin favorise l'accompagnement des émotions dans un travail expressif et permet une forme d'intégration psychologique.

Le conte se conçoit comme un don et le plaisir en fait partie intégrante. Aussi, la participation à  l'activité n'est-elle pas contraignante. Néanmoins, une attention particulière est accordée à  l'ambiance qu'elle suscite, à  son cérémonial ainsi qu'à  son cadre. La permanence de ce dernier est un élément vraiment essentiel pour permettre à  l'enfant de se sentir rassuré dans un environnement suffisamment bon afin que quelque chose puisse naître en lui, parmi et avec les autres. Des rituel de début, de fin et de présentation, de même que le recours éventuel à  des formulettes ou des comptines, s'avèrent ainsi nécessaires pour éveiller et maintenir un certain état d'attention chez les participants.

Les groupes sont restreints. Ils ne comptent que six enfants et le temps consacré à  l'atelier ne dépasse pas les trois quarts d'heure. La gestion est assurée par une équipe d'animation qui comporte trois personnes : un conteur, un observateur et un adulte facilitateur - ayant toutes bénéficié d'une formation préalable et issues de l'équipe pluridisciplinaire.

Cette initiative ne constitue qu'une des composantes du dispositif institutionnel. A ce titre, elle représente un apport non négligeable au processus de traitement. En effet, outre l'approfondissement de l'observation clinique qu'elle autorise, elle est susceptible de montrer la voie à  ces enfants confrontés à  des épreuves pénibles, de fournir des repères pour grandir, pour sortir du chaos primitif et pour passer d'une étape de l'existence à  une autre. Elle permet en outre de rapiécer des histoires en lambeaux. En effet, pour reprendre possession de son histoire propre, il faut bien souvent s'en éloigner dans un premier temps pour, ensuite, parvenir, peut-être, à  évoluer progressivement vers un processus narratif.